Commentaire de l’article universitaire de Lucien Febvre: Vie, Survie et Revie des dieux antiques

21 Avr

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1956_num_11_2_2550_t1_0280_0000_1

Dans son article Lucien Febvre, nous livre son étude du livre de Jean Seznec, La survivance des dieux antiques. Il nous livre d’abord la thèse de Seznec: l’Antiquité mythologique ne « renait » pas au cours de la Renaissance italienne. En effet, selon lui, la mythologique antique n’a cessé de vivre dans la culture médiévale.

Les dieux antiques survivent à toutes les époques car ils ne sont pas seulement des légendes, ou des motifs iconographiques: ils incarent des idées. La Renaissance ne fait que revitaliser les motifs en gardant ces idées, trouvées en fait, dans les traités médiévaux.

Jean Seznec analyse cette survivance à travers 3 formes d’interprétations données par l’Antiquité et qui trouvent leur aboutissement dans l’humanisme italien:

-historique ou évhémériste: des rois, héros historiques, métamorphosés en divinités

-astrologique: les dieux sont des puissances transcendentales préservées de la mort par le science et la magie

-allégorique: les dieux sont des symboles moralisateurs, des exemples.

Alors, si le Moyen Age est à l’origine des traités, que l’Antiquité a elle même crée ses interprétations, quel rôle donner à la Renaissance? La Renaissance a fait retrouver aux dieux leur aspect antique (exemple d’Hercule orientalisé par la Moyen Age et qui retrouve son aspect antique à la Renaissance). Seznec note en effet une formation d’un type médiéval des dieux antiques et dit  » Hercule n’est jamais mort, pas plus que Mars ou que Persée… Seule leur apparence s’était évanouie, puisque Persée vivait sous l’aspect d’un Turc et AMrs sous celui d’un chevalier ».

Seznec note aussi au Moyen Ange une séparation entre les formes et les idées de la mythologie antique. Ainsi, le médiévaux ont conservé les sujets antiques, mais les ont remplis par les idées chrétiennes. Le Renaissance apparait comme la fin de cette séparation entre forme et idée. Le Renaissance parvient à créer une synthèse entre les deux, et c’est dans cet aspect qu’elle fait « renaitre » les dieux antiques.

Cet article trouve beaucoup de résonnances avec notre sujet d’étude. En effet, les dieux antiques continuent leur survivance à l’époque contemporaine comme ils l’ont fait à la Renaissance. Les sujets antiques persistent sous de nouvelles formes, comme ils n’ont cessés de le faire à travers toute les époques comme le démontre Seznec. Ainsi, les sujets antiques ne sont plus habités par les idées chrétiennes, ils sont en fait investit par la culture mondiale, des idées mondialisées, et des nouvelles formes de « religion » qui gouverne la culture contemporaine: technologie numérique, scandale, ironie, détournements…

En conclusion, on comprend par l’article de Seznec et sa résonance avec notre sujet que la mythologie antique vit à travers toute époque. Sa forme connait des variations, ses interprétations diffèrent, son utilisation varie, mais les dieux survivent et renaissent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :