Conclusion

9 Mar

Il est maintenant temps de répondre à notre problématique. Alors finalement comment les mythes antiques (grec et romains) sont-ils réexploités dans l’art visuel, et audiovisuel de la période contemporaine (de 1800 à nos jours) ?

Il apparait d’abord qu’en ce qui concerne l’art pictural les mythes sont souvent réexploités mais finalement peu révisités. En effet, dans un art contemporain supposé se débarasser des conventions académiques, l’exploitation des mythes antiques se fait souvent de manière classique. Ainsi, Vénus reste la représentation de la femme par excellence, Minerve de la femme forte Léda le pretexte à des représentations érotiques…

En sculpture, en revanche les mythes sont légérement plus « malmenés ». Venus apparait ouverte, les organes apparents comme pour incarner la décomposition et l’exploitation physique de la femme moderne. Adam Reeder, se sert des mythes pour les entrechoquer avec l’ère de la nouvelle technologie. Ainsi, en sculpture les thèmes mythologiques sont utilisés pour dénoncer certains aspects de la période moderne.

D’en un autre style, dans les dessins animés, les films, et les séries télévisées, les mythes sont modernisés . Ils sont
modifié, couper, inversés pour coller à un public particulier, directement ciblé. Les mythes sont alors utilisé comme une source intarissable de sujets pour une exploitation commerciale, grâce à leur aspect universels. En ce qui concerne le stylisme, les mythes sont réexploités comme des logos, des références simple à de mythes en rapport avec la marque, comme dans les chaussures « Wings » d’Addidas.

Enfin dans un dernier aspect, les mythes sont aussi réutilisés pas les artistes modernes pour leur caractère esthétique. Ainsi lorsque Karl Lagarfeld réalise le calendrier Pirelli 2011, il choisit d’exploiter la mythologie greco-romaine dans son aspect physique en rapport avec les représentations antiques: des corps nus dont la beauté est mise en valeur par le noir et blanc. On constate le même phénomène dans la publicité.
On note donc quatre manières différentes de réexploiter les mythes antiques. Parfois simple réutilisation classique, parfois dénonciation moderne, parfois symbôle de l’esthétique, et parfois exploitation commerciale, les mythes millénaires n’en finissent pas de connaitre de nouvelles vies, et il semble qu’il leur en restent encore beaucoup à vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :